Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

En cette période fatidique où il faut, pour certains, se délester d'un pécule au profit de l'Etat, il est rassurant (ou pas!) de se dire que nos ancêtres payaient déjà, eux aussi, des impôts. L'un des plus anciens est la dîme. Regardons cela de plus près, et essayons de définir le montant de la dîme de Jean GORRY d'après le brouillon de sa déclaration au seigneur "Jaudinet".

 

Le paiement de la dîme, Brueghel, 1566

 

La dîme

La dîme est attestée dès le IVème siècle mais c'est durant la période Carolingienne que la dîme est étendue à tout l'empire, notamment grâce à Charlemagne en 779 (capitulaire de Herstal).

Les revenus de la dîme étaient reversés:

  1. A l'évêque du lieu ou le curé;
  2. Pour les pauvres;
  3. Pour l'entretien des bâtiments du culte.

 

Il s'agit donc d'un impôt ecclésial facteur de cohésion sociale: eux qui paient la dîme font partie de la même paroisse: ils y sont baptisés, mariés et enterrés.

La dîme (ou disme dans les écrits) correspond plus ou moins au dixième de la récolte et est payable en nature et le décimateur (le curé de la paroisse le plus souven) est celui qui récolte la dîme.

 

Jusqu'au XVII ème siècle, la dîme a une justification théologale. Par exemple, au concile de Narbonne de 1609, le clergé affirme que "Dieu est le créateur et l'auteur de toutes productions; en payer le dixième n'est donc que reconnaitre son universelle et primitive propriété des fruits au sol". Ce caractère universel en fait un impôt "européen" avec un impact aussi important en France qu'en Angletterre ou en Espagne.

 

En 1789, la rédaction des cahiers de doléance estt également l'occasion rêvée pour les paysans de demander une diminution ou même parfois la suppression de cet impôt. Ils ont été si bien entendus dès le 4 août 1789, la dîme disparait.

 

 

La déclaration de Jean GORRY

La déclaration de Jean GORRY au seigneur de Jaudinet est sans doute un brouillon car, il n'y a ni date, ni lieu de rédaction, ni signature, ni généralité. A vrai dire, elle semble même tronquée et plusieurs mots sont raturés ou répétés.

Jean GORRY étant né en 1704 à Noirlieu et son père étant décédé en 1710, cette archive peut être datée de 1720 à 1740.

Il se définit comme aubergiste, un métier pour lequel on a besoin d'une grande quantité de vin. C'est probablement pour cette raison qu'il cultive environ 12,5 journaux de vignes sur les terres dudit Seigneur pour lesquels il doit un loyer et également une dîme au curé de Moutiers-sous-Argenton.

 

Calcul de la dîme de Jean GORRY

Hypothèse 1 : un journal équivaut à 5 ares

Hypothèse 2: rendement d'une vigne d'Anjou au XVIII: 20 à 40 hL/ha

12,5 journaux équivaut à 62,5 ares soit 0,625 ha.

Soit le volume de vin produit par Jean GORRY de 12,5 hL (1250L) à 25 hL (2500L).

Ainsi donc Jean GORRY devait donner de 125 L à 250 L pour payer la dîme de sa paroisse.

Ce volume convient à peu près à la consommation d'une auberge, même s'il n'est pas improbable que J. GORRY ait eu d'autres terres de vignes à exploiter qui n'appartenaient pas au seigneur Jaudinet.

 

Les autres impôts au XVIIIème siècle

 

 

Les divers impôts au XVIII (liste non exhaustive!!!)

 

Nom Cens Dîme Loyer Taille Gabelle
A qui? Au Seigneur Au curé Au propriétaire Au représentant du roi Au représentant du roi
Combien? entre 1 et 10% environ 10% Au minimum 40% de 5 à 10% très différent selon les régions

 

 

Ainsi donc, pour les membres du Tiers-Etat (car pour l'essentiel de ces impôts, le clergé et la noblesse, en étaient exemptés), les laboratoresla fiscalité atteignait parfois plus de 75% des revenus.

Sources:Voir http://bilbo95.blog4ever.com/f-comme-fiscalite pour de plus amples infos sur la très diverse fiscalité de nos aïeux.

 

Enfin, en bon fan de Louis de Funès, je ne pouvais guère parler des impôts sans associer la scène d'entrée de La Folie des Grandeurs. Néanmoins, son déroulement en est tout à fait fantaisiste: aucun ministre n'a joué les collecteurs d'impôts! A moins, à moins... que Don Salluste fût le Seigneur de ces terres! En conclusion, à part les noms des impôts, peu de faits historiques, mais si si, j'y tenais à cette vidéo...:)

 

 

"Dossier: Guerre à l'impôt! 300 ans de révoltes fiscales"L'Histoire, février 1996  pp. 22-47

R. VIADER, La dîme,  Presses Universitaires du Mirail, 2008

Jean GORRY, Déclaration de Jean GORRY, XVIIIème siècle

La dîme
Tag(s) : #zoom, #fiscalité

Partager cet article

Repost 0