Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Noirlieu, 1738

Bien le bonjour!

Je ne sais guère comment commencer cette histoire tout simplement parce qu'il s'agit de celle du présent! Et puis mettre, à cette heure, des idées par écrit, cela ne doit pas bien être normal! Il ne faudrait pas trop que quelqu'un mette la main dessus, sinon le bruit courrait dans le village que je suis fou.


Je m'appelle donc Jean GORRY surnommé petit Jean (non pas à cause de ma taille mais parce que je suis le second de la famille) né en 1704, à Noirlieu.


Hier en revenant de l'enterrement de feu mon voisin, j'ai senti que ma plume m'appelait.

Car au fond, à moi, qu'a-t-il laissé à ses drôles ? Et moi, que mon père m'a-t-il légué? Les cheveux blonds qui nous caractérisent, nous autres les GORRY?Ou bien encore cette liste de biens dont j'ai du faire l'inventaire après son trépas ?

A vrai dire, quand ma mère, ma femme et mes enfants viendront à le rejoindre là-haut, qui se rappellera de sa voix, de son visage et des fameux accès de colère? Personne...


Il ne sera alors plus qu'un galet parmi des millions d'autres polis par le ressac de l'oubli. Seul, son nom, coincé entre deux autres anonymes, restera sur le registre de M. Le Curé Bodin.


Une personne ne se résume point a cela!


Je vais tenter d'alimenter les pages vides de ce journal le plus fidèlement possible, une fois par mois au moins. Et puis, quand viendra le soir fatidique, je le transmettrai a l'un de mes fils pour que continue cette folle épopée !


Tiens je viens d'ailleurs de terminer le brouillon pour présenter ma déclaration au seigneur de Jaudonnet de tout ce que je lui dois, notamment pour les journaux des Maligrettes notamment qui remplissent les barriques de mon auberge. C'est en effet à lui que je dois m'acquitter de mon loyer, renouvelable tous les 3, 6 ou 9 ans.

Alors j'ai décidé d'écrire! Fébrilement et difficilement, certes, mais dans le but de montrer que, derrière le nom et les dates existaient un homme.

Mais pour l'instant je suis bel et bien en chair et os, assommé par une auberge qui tourne comme un moulin et par des impôts toujours aussi écrasants...

Toutes ces vignes sont bien évidemment sujettes à la dîme que je dois payer à la cure de Moutiers...

La dîme et puis la Capitation et puis la taille et puis...et puis jusqu'à plus rien...: la taille, la gabelle , le cens, l'impôt seigneurial, la dîme...

Jean GORRY

Déclaration de Jean GORRY au seigneur "Jaudinet"

Déclaration de Jean GORRY au seigneur "Jaudinet"

Tag(s) : #La Chronique

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :